Repérer les signes du burn out, un enjeu pour les entreprises

Capture d’écran 2022-07-06 à 10.16.43
Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Comment faire pour détecter le burn out professionnel ? 

En France, il n’existe pas encore de chiffres officiels du nombre de salariés en burn out. Néanmoins, selon une récente étude de l’Institut de veille sanitaire, cet épuisement professionnel concernerait 30 000 personnes. Sous-estimé pendant des années, ce mal-être au travail est désormais reconnu, en particulier par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) qui le considère comme un syndrome lié à un stress chronique au travail. Il n’entre donc pas dans la liste des maladies professionnelles, mais il peut faire l’objet d’un arrêt de travail lorsque cela s’avère nécessaire. Pour éviter d’en arriver là, il est important pour les employeurs et les managers d’apprendre à détecter le burn out, de connaître ses signes et surtout, de mettre en place des actions de prévention en interne pour éviter son développement et mieux le prendre en charge. Pour cela, ils bénéficient de différents outils, dont des formations QVT (qualité de vie au travail) et des tests qui peuvent être réalisés par les salariés concernés. 

Les signes révélateurs d’un épuisement professionnel

Egalement appelé « syndrome de l’épuisement professionnel » en français, le burn out fait désormais partie de notre vocabulaire. Pourtant, ce terme n’est pas nouveau puisqu’il est apparu dans les 70’s. A l’origine, il désignait l’épuisement au travail ressenti par des professionnels de santé et du soin. Puis, progressivement, il a été étendu à d’autres métiers et de nos jours, il concerne tous les secteurs d’activité et professions. D’ailleurs, l’OMS estime qu’un adulte sur quatre sera victime de ce syndrome au cours de sa vie. Sa détection constitue donc un enjeu majeur pour les entreprises si elles veulent éviter toute désorganisation en interne liée à l’absence de leurs salariés. Pour ce faire, il faut savoir identifier les signes d’un burn out afin d’agir et de prendre des mesures avant l’aggravation de la situation. 

Parmi les signaux les plus fréquents, tant physiques que psychologiques, se trouvent :

  • une démotivation pour le travail ;
  • une perte de confiance en soi ;
  • un isolement vis-à-vis du reste de l’équipe ;
  • une baisse de la performance ;
  • des difficultés à se concentrer sur les tâches à accomplir ;
  • des troubles du sommeil ;
  • une fatigue morale et/ou physique permanente.

Autant de symptômes qui doivent alerter les managers et employeurs dès leur apparition.

Les outils disponibles pour le dépister et y remédier

Identifier un burn out n’est pas toujours évident car les salariés qui en sont victimes n’en ont pas forcément conscience immédiatement. C’est pourquoi il faut être vigilant et faire attention aux signes cités précédemment. En interne, la prévention s’avère essentielle pour informer les employés, les managers, leur permettre de reconnaître ces signaux et d’agir en conséquence. Pour cela, il existe quelques outils qui vous donnent les clés pour repérer un burn out et prendre des mesures. C’est le cas des formations « Qualité de vie au travail », que notre société vous propose, et qui vous aident à améliorer le bien-être professionnel de vos salariés, de vos équipes. 

Vous pouvez aussi revoir vos méthodes de management, de communication et d’évaluation de la charge de travail de vos collaborateurs, développer de nouvelles formes de reconnaissance. Des tests peuvent aussi être effectués, qui sont utilisés par les psychologues pour diagnostiquer cet épuisement professionnel : le Copenhagen Burnout Inventory (CBI) et le Maslach Bunrout Inventory (MBI). 

Il semblerait que l’intelligence artificielle (IA) soit aussi efficace pour le repérer, comme a pu le constater l’équipe de Mascha Kurpicz-Briki, professeure en ingénierie des données à la Haute école spécialisée bernoise à Bienne, dans une étude. D’après ses travaux, l’IA pourrait étudier automatiquement des textes afin de déterminer si le langage employé est révélateur d’un burn out. Mais d’autres recherches doivent être menées sur le sujet avant de confirmer les résultats de son équipe. 

Enfin, rappelons que les actions de prévention doivent être réévaluées régulièrement afin d’améliorer durablement la qualité de vie au travail et le bien-être des salariés. Pour en savoir plus sur le sujet, nous vous invitons à consulter notre catalogue de formations QVT.

Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Ces actualités peuvent aussi vous intéresser :