Analyser des AT pour mieux les comprendre et les prévenir

vue-dessus-equipe-creation-discutant-graphiques-entreprise-dessines-au-marqueur_1098-18798
Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Comment réaliser l’analyse des AT et situations de travail dangereuses ?

Pour mieux lutter contre les accidents du travail (AT), il faut en connaître les causes pour savoir comment et pourquoi ils ont eu lieu. Cela permet ensuite de mettre en place des actions efficaces pour les réduire et les éviter. Et cela concerne aussi les situations de travail dangereuses qui peuvent être à l’origine de dégâts humains et matériels. En les analysant, il est possible de mieux les empêcher car ces AT et situations dangereuses ont des conséquences sur l’activité d’une entreprise, sa productivité et surtout, sur la santé et la sécurité des travailleurs D’autant qu’il ne faut pas oublier qu’un AT, qu’il soit bénin ou grave, entraîne bien souvent un arrêt de travail qui a un coût et qui nécessite, en interne, une réorganisation. 

Réaliser une analyse présente donc un intérêt pour toutes les parties concernées (l’employeur, le salarié accidenté, les autres salariés …etc.). Elle contribue également à l’amélioration de la prévention des risques professionnels. C’est pourquoi elle doit être effectuée minutieusement et rapidement après la survenue d’un accident ou d’une situation de travail dangereuse.     

Une démarche nécessaire pour améliorer la prévention en entreprise

Un AT doit toujours faire l’objet d’une analyse et ne doit pas être considéré comme le fruit du hasard ou une fatalité. Quand il se produit, différents facteurs liés aux conditions de travail en sont généralement responsables. Bien sûr, il est possible que d’autres facteurs jouent un rôle dans sa survenue, l’inattention d’un salarié ou le non respect de consignes de sécurité par exemple. Mais, pour en comprendre les causes et déterminer les éléments déclencheurs, une analyse s’avère indispensable. C’est d’ailleurs un moyen de renforcer la prévention des risques en entreprise car elle aide à mieux les identifier et donc, à déterminer les actions adéquates pour les éviter. 

En étudiant les origines d’un AT ou d’une situation de travail dangereuse, il est plus facile d’agir en interne, de savoir quels faits (habituels ou inhabituels) ont abouti à ce problème, quelle que soit sa gravité d’ailleurs. En effet, cette analyse est souvent réalisée en cas de graves conséquences matérielles ou physiques.

Pour bon nombre d’entreprises, c’est un réflexe. Mais ce n’est pas toujours le cas en l’absence d’arrêt de travail, ce qui est une erreur car si la situation se reproduit une nouvelle fois, elle peut provoquer davantage de dégâts. 

Les outils à votre disposition pour analyser les accidents du travail

Pour mener cette analyse, il faut tout d’abord recueillir les faits (l’identité de la personne concernée, la description de l’AT, le lieu, le moment où il s’est produit…et.). Il est aussi important d’aller sur place pour mieux comprendre la situation, les causes de l’accident (sont-elles humaines ? Matérielles ou techniques ? Ou liées à des problèmes d’organisation ?), et interroger les autres salariés. Les réponses et éléments obtenus servent ensuite à remplir une fiche, puis à définir des actions correctives et/ou préventives. 

Pour vous aider dans votre démarche, il existe quelques outils dont l’arbre des causes, qui est une représentation graphique permettant de visualiser l’enchaînement des faits ayant conduit à l’AT. Certains organismes mettent aussi à la disposition des professionnels des fiches d’analyse pré-remplies et des exemples de supports. Vous pouvez également vous former auprès de notre société Stoporisk pour apprendre à analyser les situations de travail dangereuses et les accidents du travail dans votre secteur d’activité. Accessible à un large public, notre formation se déroule à distance et vous donne les clés pour réussir votre analyse. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter ! 

Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Ces actualités peuvent aussi vous intéresser :