Pourquoi passer une habilitation électrique ?

© HayDmitriy - Depositphotos
© HayDmitriy - Depositphotos
Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Intervenir sur une installation électrique présente des risques d’incendie, d’électrocution, qui peuvent avoir de graves conséquences. Or, ces interventions sont fréquentes, en particulier dans le secteur du bâtiment et des travaux publics qui est l’un des plus touchés par les accidents du travail. C’est pourquoi, des mesures ont été prises pour renforcer la sécurité des travailleurs. Ainsi, depuis le 1er juillet 2011, tout salarié exposé à un risque en lien avec de l’électricité lors de son travail doit détenir une habilitation électrique. Mais à quoi sert-elle ? Quelle habilitation doit passer un travailleur ? Et qui est concerné ? Si elle est bien évidemment obligatoire pour un électricien, elle s’adresse aussi à d’autres professionnels concernés par la réalisation de travaux d’électricité. Plusieurs niveaux sont aujourd’hui disponibles, que les travailleurs peuvent acquérir en se formant. 

A quoi sert cette habilitation ? Qu’est-ce que cela signifie ?

En fait, il ne s’agit pas d’un diplôme mais d’une reconnaissance, par un employeur, de la capacité d’un travailleur à effectuer en sécurité les tâches attribuées. Et depuis l’entrée en vigueur de la norme NF C 18-510, toute entreprise ayant des salariés accomplissant des opérations dans un environnement électrique – électriciens ou autres professions – doit les former à cette habilitation. Dès lors, à la question « à quoi sert-elle ? », on peut répondre qu’elle garantit la sécurité du personnel d’une entreprise, ainsi que celle des installations sur lesquelles il travaille. Elle atteste aussi de leur capacité, de leurs connaissances à exercer certaines tâches. Ces dernières doivent d’ailleurs être réévaluées tous les 3 ans, lors d’un recyclage. De même, d’un métier à un autre, le niveau ne sera pas le même. 

Les différents niveaux pouvant être obtenus grâce à des formations

A ce jour, on trouve plusieurs sigles qui indiquent, pour chaque habilitation électrique, les opérations que les titulaires peuvent réaliser. Le premier caractère est une lettre majuscule, B ou H principalement, qui correspond au domaine de tension des ouvrages (B pour installation Basse Tension ou Très Basse Tension, et H pour Haute Tension). 

Le deuxième est un chiffre, ou une lettre précisant la nature des tâches pouvant être accomplies par les professionnels habilités. Par exemple, C désigne chargé de consignation, P des opérations sur des installations photovoltaïques… De même, un autre indice apparaît parfois : T pour du travail sous tension (TST) ou V pour du travail au voisinage de pièces nues sous tension par exemple. 

Chaque niveau autorise donc à réaliser certaines interventions. Chez Stoporik, nous organisons justement des formations à ces agréments. Alors si vous voulez savoir quelle habilitation pour un électricien, n’hésitez pas à nous contacter ! Vous pouvez aussi consulter notre catalogue de formations en ligne.

Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Ces actualités peuvent aussi vous intéresser :
Non classé
Comment gérer son stress au travail ?

La surcharge de travail est aujourd’hui l’un des principaux facteurs de stress. De nombreux travailleurs en souffrent, salariés comme indépendants et cela n’est pas récent.