Pourquoi et comment animer des quarts d’heure sécurité ?

15 minutes. Timer. See also:
Partager

Les 1/4 heure sécurité ou causeries en entreprise, quels sont les intérêts ? 

Pour préserver la santé des travailleurs et limiter les accidents du travail, la prévention des risques s’avère incontournable, quelle que soit l’activité d’une entreprise. En effet, aujourd’hui, tous les secteurs sont confrontés à des risques professionnels. Ils peuvent être psychosociaux, physiques (les troubles musculo squelettiques notamment), chimiques, liés à l’utilisation d’équipements spécifiques (pour le travail en hauteur par exemple) ou de machines, à des déplacements…etc. Ils sont divers et ont tous pour conséquence de nuire à la qualité de vie au travail. Sans oublier qu’en étant la cause d’accidents, ils ont aussi un impact sur la productivité d’une entreprise. C’est pourquoi il faut éviter leur apparition en prenant différentes actions de prévention en interne. Parmi les mesures à la disposition des employeurs et de leurs salariés, se trouve la mise en place de « quarts d’heure de sécurité ». D’une durée plutôt courte (15 minutes, comme leur intitulé l’indique), ces animations s’intègrent facilement au planning des collaborateurs concernés et permettent de les sensibiliser à la prévention des risques, à la santé et la sécurité au travail.

Des actions simples à mettre en place pour prévenir les risques

Destinés à favoriser les échanges et à évoquer les risques professionnels, les quarts d’heure de sécurité (qu’on appelle aussi des causeries en entreprise) contribuent à améliorer les conditions de travail. Lors de ces courtes réunions, les collaborateurs sont invités à participer, à s’exprimer, à partager leurs expériences, leurs avis. Ils sont donc acteurs de la prévention des risques, au même titre que leurs responsables. Ces causeries permettent aussi d’identifier des situations à risques, de communiquer sur la santé, la sécurité au travail, et de rappeler bons gestes et comportements à adopter pour limiter les risques.

Un format participatif et informel donc, propice aux échanges, mais qui requiert tout de même un minimum de préparation. Bien qu’ils soient brefs, ces quarts d’heure de sécurité doivent être animés et variés. Si les participants ont l’impression qu’ils sont identiques à chaque fois, ils vont moins s’impliquer, être moins attentionnés et considérer que ces moments sont inutiles. Or, c’est loin d’être le cas. Dès lors, mieux vaut les préparer, d’autant que de nombreux supports sont disponibles pour leur animation. 

Conseils pour animer ces causeries et garantir leur efficacité

La préparation d’un quart d’heure de sécurité comporte plusieurs étapes. La première est de trouver le thème. Il peut s’agir d’analyser des accidents du travail, d’évoquer les maladies professionnelles fréquentes dans l’entreprise, d’aborder le problème des nuisances sonores, l’exposition à des produits chimiques, les addictions au travail, ou de parler du harcèlement, des dangers liés à la conduite de véhicule, d’engin… En fait, le thème doit avoir un rapport avec les risques pesant sur l’entreprise, qui sont notamment identifiés dans le plan de prévention. 

Ensuite, ce thème doit être communiqué aux participants afin qu’ils puissent y réfléchir en amont et participer le jour de la causerie. Puis, il faut trouver des supports pour animer ces courts échanges, tels des vidéos de sensibilisation, des jeux, des questions-réponses, des outils de réalité virtuelle et des exercices ludiques et pédagogiques. Les modules de formation proposés par notre société Stoporisk sur notre plateforme d’e-learning peuvent également être utiles à l’animation de ces quarts d’heure de sécurité. 

Enfin, le déroulement d’une séance doit se faire en 3 parties : présentation du sujet pendant 3 à 4 minutes, échange durant 8 à 10 minutes et conclusion de 2-3 minutes. Et n’oubliez pas que lors de ces causeries, la communication positive est de rigueur pour garantir leur efficacité et impliquer les participants. 

Partager
Ces actualités peuvent aussi vous intéresser :
Prévention des risques professionnels
Alcool et cannabis, deux substances répandues au travail

Pratiques addictives en entreprise : que révèle l’étude de l’INRS ? Le monde du travail n’est pas épargné par la consommation de substances psychoactives. Or, cette pratique