webleads-tracker

Hôtels et restaurants

Les salariés du secteur Hôtels et restaurants sont ils obligés de subir les coupures, brûlures, maux de dos et stress ? 

Les enjeux sont considérables pour ce secteur qui peine à recruter et dont l’amélioration des conditions de travail et la prévention des accidents et des maladies professionnelles ne sont pas une priorité.

Les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration ont plus de risques d’être victimes d’un accident du travail que la moyenne des autres salariés.

Les salariés officiant dans la restauration rapide et, plus encore, ceux qui travaillent dans les cantines sont particulièrement exposés (respectivement 58 et 65 accidents pour 1 000 salariés par an, alors que la moyenne nationale s’établit à 39).

Les chutes et glissades, les accidents liés aux manutentions manuelles et aux outils à mains (principalement les couteaux) comptent parmi les principales causes d’accidents.

Les salariés de l’hôtellerie et de la restauration sont particulièrement exposés à ces risques :

  • Risque de chute de plain pied, chute de hauteur : Principales causes d’accident, la chute est principalement causée par les sols humides et glissants, les dénivelés et les encombrements des locaux, la précipitation …
  • Risques liés à l’activité physique : Accidents et maladies professionnelles ou apparaissent les troubles musculosquelettiques sont nombreux. Les manutentions de charges, postures pénibles, gestes et répétitifs en sont quelques exemples d’apparition. Favorisés par le stress, le froid, la station debout, ils concernent une majorité des postes.
  • Risques liés aux équipements de travail : Accidents en cuisine causés par des outils et machines coupants, tranchants, chauffants. Dans les étages : aspirateurs trop lourds, fers à repasser anciens, chariots à roues non entretenues …
  • Risques psychosociaux : Des facteurs de stress très courants comme une surcharge de travail, ordres contradictoires, interruptions du travail, relation avec la clientèle, manque de soutien …
  • Risques liés à l’organisation du travail : Surcharge de travail, manque de formation ou d’information, horaires décalés
  • Risques liés à l’environnement de travail : Bruit, éclairage, température facilitent l’apparition d’accidents, de maladies et augmentent la fatigue.
  • Risques routiers.

Quelques mesures de prévention à intégrer :

  • L’organisation du travail
  • La conception et aménagement des locaux
  • L’amenagement des postes de travail
  • L’équipement et le matériel

FORMATION

Un dispositif de formation à la prévention des risques professionnels dans le secteur de l’hôtellerie et restaurants a été conçu par le réseau prévention.  Il peut être pris en charge en tout ou partie par les financeurs de la formation professionnelle continue (OPCA) et les CARSAT.

Pour être efficace, une démarche de prévention des risques professionnels doit impliquer tous les salariés d’un établissement, dirigeant, encadrant, personnel

Le directeur/la directrice apprend à piloter la démarche de prévention : initier, développer et manager la prévention dans son établissement.
Durée : 1 journée + ½ journée sur site commune avec l’animateur prévention

L’animateur prévention identifié au sein de l’établissement par le directeur/la directrice apprend à coordonner et animer la démarche de prévention et à conduire l’évaluation des risques professionnels en lien avec la direction.
Durée : 6 journées  non consécutives + ½ journée sur site commune avec la direction

Les personnels, sont formés à la prévention des risques liés à l’activité physique pour le secteur hôtels et restaurants (PRAP IBC) (formation certifiante acteur PRAP IBC).
Durée : 2 journées non consécutives

STOPORISK, vous accompagne dans le déploiement de votre démarche de prévention et la réalisation de vos formations. Nous pouvons aussi vous aider dans vos recherches de financement (matériel et formation).